Entrevues avec des participants

Témoignage

Bonjour Michel

Dans un premier temps, je tiens à vous remercier de m’avoir permis d’assister à la journée offerte par Icône internationale, ce fût très enrichissant et constructif pour moi.

Du côté de l’entreprise cliente, l’utilisation du jeu permet de communiquer entre pairs et démontre aux employés une forme de reconnaissance afin de leur donner l’opportunité de sortir des sentiers battus. J’insiste sur le mot communication car nous sommes équipés des meilleurs outils technologiques en communication mais nous oublions parfois de se parler directement. Combien de milieux de travail où les gens sont dans les mêmes bureaux et ne prennent pas le temps de se parler? Ah oui, ils le prennent ce temps par courriel…

Je crois que la journée a permis de dégager un fort engagement du personnel envers Matricis tout en démontrant qu’il ne faut rien prendre pour acquis. Les participants ont démontré une grande ouverture, ont soulevé des bons coups et des points à améliorer sans que ce soit ultra négatif. Je crois fermement que le noyau de Matricis est solide. Pour la direction de Matricis, il sera important de faire une rencontre avec les participants afin de discuter de pistes d’action plus approfondies afin d’améliorer certains éléments ressortis lors de la journée. La pire des erreurs et de ne pas donner suite.

Pour ce qui est des animateurs de Icône, j’ai assisté à plusieurs expériences de ce genre et je peux garantir que l’approche proposée est solide. Par une bonne animation, une bonne structure et des gens solides comme Michel et Nathalie, je recommande cet exercice à toute entreprise qui est prête à communiquer avec ses employés et surtout à améliorer les communications afin d’impliquer ses employés dans la gestion du changement et l’amélioration continue.

Félicitations aux gens de Icône et aux gens de Matricis d’avoir osé cette expérience

Yanick Gauthier
Conseiller aux entreprises
Centre des services aux entreprises de l’Ouest
Emploi-Québec de l’Île-de-Montréal
6900, boulevard Décarie, bureau 3800
Montréal (Québec) H3X 2T8
Téléphone : 514 220-1024

Bonsoir Monsieur Delage,

J’ai eu l’occasion d’utiliser les cartes avec les enfants (5-6 ans), une surprise pour eux à voir leur mine curieuse. J’ai pris le temps de leur expliquer simplement le jeu. C’était nouveau d’avoir une seule carte, à regarder et à décrire. Chacun a découvert sa carte en silence, et plusieurs se sont exclamés: « que c’est joli »!

J’étais étonnée par leur calme et concentration puis à tour de rôle chacun a décrit ce qu’il voyait, tous ont fait des liens avec des choses très concrètes, très réelles, proches d’eux et qui concernent leur famille. Ensuite je leur ai demandé de raconter une histoire à partir de la carte, autre surprise, c’est souvent l’adulte qui raconte une histoire. La petite fille qui a commencé en premier très sérieusement à débuté son histoire par « il était une fois… », formule que les autres enfants ont aussi repris. J’ai trouvé cela très touchant, à la fin de la partie tous les enfants ont posé leur carte, et ils ont raconté une autre histoire en intégrant toutes les cartes. Magnifique.

J’ai fait quelques parties avec des amies, beaucoup d’intérêt et de curiosité aussi, j’ai observé le sérieux, le souci dans la description, de donner le plus d’informations, de compléter la réflexion, de la rendre plus précise. Certaines personnes se sont reconnues de suite dans la carte, une sorte de joie d’exubérance, à avoir trouvé comme un vis à vis de soi.
Les cartes nous parlent et parlent de nous, les personnes sont rentées dans le jeu très vite. Deux de mes amies sont infirmières, elles ont fait des liens avec leur travail.

Merci pour vos envois et documentaires très intéressants, après une période de pause, le travail a repris. Je me lance dans un projet en art visuel et je suis en train de proposer aux enfants la fabrication d’un totem, d’abord un travail individuel, pour aboutir à un projet collectif et créer une œuvre en commun. Un autre défi, d’autres symboles.

Claudine

J’en profite pour te faire un petit retour sur mes dernières utilisations
d’ICONE 55 fin 2014 :

  • Dans un grand labo pharmaceutique, dans le cadre d’une formation de 2 jours sur la gestion du stress : tour de table de présentation/brise-glace/météo interne en intro, et en conclusion (fin du 2ème jour) : mes ressources face au stress et ce que j’ai envie de mettre en place … en 2 modes différents : tirage au hasard de 2 images en introduction de la formation et choix de 2 ou 3 images en conclusion des 2 jours. Les 2 formules ont bien fonctionné.
  • Avec des sophrologues en formation, à l’issue d’une séance de relaxation : partage en petits groupes de 3 à 4 personnes sur ses sensations/émotions/visualisations intimes vécues pendant la séance à partir d’images tirées au sort (sur 20 personnes, une seule n’a pas été inspirée par ses cartes et je lui ai proposé d’en choisir 1 ou 2).

Ce travail de partage après une séance de sophro est classique mais jamais fait avec des images ; les personnes ont trouvé que cela les a aidé à l’expression mais aussi au partage avec les autres qui pouvaient se connecter aux images au-delà de leurs mots ; cela a enrichit les échanges par rebond d’idées…

Nathalie Bergeron-Duval
Formation et Evénements RH
www.talenteos.fr

 

Bonjour Michel

Je me rends compte que je ne t’ai pas répondu suite à ma 1ère utilisation d’ICONE 55 chez un client. Je l’ai utilisé de manière très simple, en photolangage d’expression libre suite à une journée de séminaire/coaching sur les types de personnalité : ce qu’ils avaient pensé de la journée ? le lien avec leurs attentes collectées le matin ? toutes autres choses à dire ?

Ce qui a été intéressant, c’est que j’ai proposé de tirer au hasard 4 cartes : 2 cartes de la pioche ICONE 55 et 2 cartes d’un autre genre avec des dessins très figuratifs  de personnes en situation d’entreprise (réunion, devant un ordi….) ; les participants avaient le choix d’utiliser toutes les cartes ou non ; cela m’intéressait de voir si certains préféraient des cartes figuratives ou non.

La conclusion, c’est qu’il y a eu un bon mélange ;  la plupart ont choisi 2 ou 3 cartes issues des 2 jeux, mais certains n’ont pris que du figuratif ou que du non figuratif. Les expressions avec les cartes non figuratives étaient à mon sens plus ouvertes… ce qui ne t’étonnera pas… mais le fait de proposer un choix était par contre assez intéressant, d’autant plus que je ne donnais pas le choix de la carte (pioche tirée au hasard), ce qui en soi est déjà une contrainte… ou une ouverture… selon son degré d’acceptation du hasard et du libre rebond d’idées !

Je vais l’utiliser dimanche prochain avec un public très différent dans le cadre d’une formation de sophrologues, en débrief d’une session de sophrologie avec projection sur l’avenir où l’imaginaire va jouer un grand rôle. Je compte leur demander de faire un lien avec les cartes avec leurs valeurs personnelles.

Je t’en dirais plus… et te souhaite une belle journée d’automne canadien ! Beau temps ici avec de belles couleurs… mais j’aimerais un jour voir l’automne au Québec !

Nathalie Bergeron-Duval – Associée
Formation et Evénements RH
www.talenteos.fr

J’en profite pour te faire un petit retour sur mes dernières utilisations

d’ICONE fin 2014 :

  • Dans un grand labo pharmaceutique, dans le cadre d’une formation de 2 jours sur la gestion du stress: tour de table de présentation/brise-glace/météo interne en intro, et en conclusion (fin du 2ème jour) :  mes ressources face au stress et ce que j’ai envie de mettre en place  … en 2 modes différents : tirage au hasard de 2 images en introduction de la formation et choix de 2 ou 3  images en conclusion des 2 jours. Les 2 formules ont bien fonctionné.
  • Avec des sophrologues en formation, à l’issue d’une séance de relaxation: partage en petits groupes de 3 à 4 personnes sur ses sensations/émotions/visualisations intimes vécues pendant la séance à partir d’images tirées au sort (sur 20 personnes, une seule n’a pas été inspirée par ses cartes et je lui ai proposé d’en choisir 1 ou 2).

Ce travail de partage après une séance de sophro est classique mais jamais fait avec des images ; les personnes ont trouvé que cela les a aidé à l’expression mais aussi au partage avec les autres qui pouvaient se connecter aux images au-delà de leurs mots ; cela a enrichit les échanges par rebond d’idées…

Nathalie Bergeron-Duval – Associée
Formation et Evénements RH
www.talenteos.fr
Après Mind camp


Dear Michel:

I wanted to let you know I just used your 55icon cards tonight with a girlfriend.   I had her pick one card and asked « what does she see in the card«  as I recorded what she said.  Then I asked her to take another card and found it interesting that she felt it was the same message as the first card, when graphically you could see they were different images. I again asked her what does she see in this card and again I recorded what she said.   I stopped her then from picking up another card, and I was guided to ask her another question in relation to what she just said from both her cards, and I began to write the question and her answer.  This process continued for a quite while, until I was guided to write it is complete.

So I wanted to share this with you and to THANK YOU for being at Mindcamp, for our chance meeting, our conversation, and for selling me your set of cards.  Tonight was a night of trusting in the unknown and spiritually creative moment to help heal another person for their highest good.

I felt I needed to honour you in letting you know that I started to explore the process with your 55icon cards.

Blessings of Gratitude to you,

Barb xoxo

Thank you for your explanation Michel.

I feel, what you explained, may be what happened for my girlfriend.    I have not heard back from her to see how she was doing.   I did send her thanks for being open to play the game of the 55icones, as I think she found it quite profound and left on a happy note.   You know I just realized, when I facilitated her with the questions, and she allowed herself to be honest with the answers and trust the process she received her answers and  would not need to do have another session.   Wow, this is powerful.

Thank you for offering to be there for other experiences.  That is so kind of you.

Barb


Bonjour Michel,

L’atelier a été vraiment une réussite, en partie grâce au Jeu, car cela a été une excellente entrée en matière pour que les gens fassent connaissance les uns avec les autres. J’ai d’ailleurs transmis le lien vers ton site aux participants qui étaient intéressés par ton jeu.

Pour le moment, je vais me pencher sur la conception d’autres ateliers thématiques dans les prochains mois et je ferai le suivi avec toi quand ce sera plus concrétisé.

Merci et au plaisir de collaborer ensemble ! :o)

Sylviane Crine
Fondatrice de Soleveil Coaching    Coach Certifiée en PNL
Formatrice agréée en communication
www.soleveil-coaching.com


Une internaute   lisetteb@videotron.ca

L’idée de l’imaginaire et du partage est vraiment bien dans notre monde d’aujourd’hui. Deux qualités qui deviendront, pratiquement essentielles, pour grandir dans une véritable communauté. Cela voudra dire, sans doute, que les gens se sentiront branchés à partir de l’intérieur et que cet intérieur deviendra de plus en plus actif. Il faut qu’il y ait un début aussi dans un mouvement collectif.

Je souhaite que beaucoup de personnes y adhèrent et qu’il poursuive et réussisse dans tous ses beaux projets.

Paix à toi,
Lise


Vous dire mes impressions au sujet du jeu de carte 55 icônes, elles seront brèves – c’est SUPER !

Ce jeu est un outil merveilleux pour stimuler la communication entre individus constitués à un groupe quelconque, en famille ou tout simplement entre ami(e)s lors de rencontres ludiques. Et c’est sans parler de l’usage judicieux que pourraient en faire éventuellement les intervenants de la santé psychologique, les animateurs et facilitateurs de tout acabit.

Offrant des images abstraites, le jeu permet d’y aller de notre imagination la plus débridée pour « décripter » ce qu’une quelconque de ses cartes pourrait bien signifier pour nous au moment précis ou nous en jouons. À un autre moment, la même carte pourra très bien nous inspirer autre chose, la vie et nous étant en constant mouvement.

Vaste est donc la latitude qu’offre chacune de ces cartes, l’imagination n’ayant pour limite que la censure que s’imposera l’individu qui s’engage avec ce qui pourrait bien devenir un outil d’apprentissage et de connaissance de soi original.

Les interprétations diverses que les cartes risquent de suciter chez le joueur pourraient éventuellement être révélatrices de zones peu explorées de notre psyché, de bagages plus ou moins inconscients que l’on porte en soi sans trop s’en apercevoir, ou tout simplement, offrir une occasion merveilleusement ludique d’exprimer notre « imaginaire » le plus incongrue.

Le jeu 55 icônes est de plus, « rassembleur », autant des personnes diverses qui utilisent les cartes du jeu à l’intérieur d’une dynamique de groupe donnée, que potentiellement « rassembleur » de nos idées éparses – et à ces titres, le jeu mérite tous les éloges comme outil de communication et de conscientisation efficace et versatile.

Les images du jeu, par leurs formes et leurs couleurs, offrent un niveau d’abstraction tel, qu’elles laissent le champs complètement libre à l’imagination du joueur. Elles n’induisent pas, à priori, à se contenter de commentaires évidents et par trop ordinaires. Elles incitent au contraire à faire appel en nous à ce qui est, du reste, commun à tous, « l’imagination », et à ce qu’elle permet presque toujours du même coup, l’acte de création. En cela, le jeu s’avère un outil prévilégié.

Au delà du fait que le joueur se surprendra peut-être lui-même de s’entendre dire ce qu’évoque pour lui une de ces cartes, le simple fait que la carte, comme telle, l’aura amené, à son insu, plus souvent qu’autrement, à fréquenter cette zone de notre être rarement visitée qu’est « notre monde imaginaire », mérite qu’on donne au jeu ses lettres de noblesse en tant que « stimulateur » et « cataliseur » d’expression libre.

Qui sait, nous pourrions même découvrir que l’imagination, même effrénée, peut encore avoir l’appui, si non même éveiller d’une certaine torpeur, ce qui est communément appeler la « conscience », cet autre dénominateur, souvent négligé aussi, qu’on en commun  tous les êtres humains.

Bref, Bravo ! pour l’ingéniosité du jeu et Bravo ! au concepteur pour offrir ainsi aux usagés un outil utile et efficace pour aller joyeusement là ou la raison perd pied.

Jaques  Delage


Bonjour madame, bonjour monsieur,

Ma première rencontre avec Michel Delage et le jeu des 55 icônes fut pour moi un coup de cœur! Sa conception originale et son utilisation du ‘jeu’ des 55 icônes, sortes de représentations abstraites stimulant l’imaginaire, m’a non seulement intéressée pour moi-même, mais a suscité en moi une curiosité impérieuse, notamment quant à l’impact de son utilisation auprès de ma maman de 91 ans, souffrant d’Alzheimer léger et d’autres résidents autour d’elle.

Michel et moi avons donc organisé trois rencontres à la Résidence Providence NDG où vit ma maman. L’une fut improvisée et animée par moi, une simple proche aidante, familière avec plusieurs résidents. L’autre fut animée et filmée par Michel Delage et une accompagnatrice formée à cet effet. Dans les deux cas, nous avons pu constater l’impact positif et stimulant du jeu des 55 Icônes pour les participants. L’expérience fut renversante : un grand intérêt de la part d’une quinzaine de personnes, une propension au partage, à la taquinerie bienveillante et au rire communicatif. Une expérience d’introspection, de partage, de dialogue et d’interaction animée, joyeuse, intense.

Les 55 icônes représentent un outil de choix, en tout lieu et en toutes circonstances, pour accéder à une plus grande connaissance de soi et des autres, pour animer un groupe, pour ‘casser la glace’,  pour créer des liens, pour amorcer des échanges transformatifs, pour stimuler l’ouverture et le dialogue.

Dans certains cas, des confidences stupéfiantes ont résumé la douleur et la quête de toute une vie. Par exemple ce monologue lent, lourd et hésitant d’un homme fier, mais manifestement brisé qui témoigne, dans le silence recueilli et respectueux des autres participants, de son lourd fardeau de vie d’orphelin de Duplessis : « Cette image me fait penser aux madriers du toit d’une maison… une maison que j’aurais aimé construire… pour ma famille… cette famille que je n’ai jamais eue… parce que je suis orphelin ».

Et autre exemple, cette femme discrète et dynamique qui prend conscience, en pigeant une image qui lui fait penser à un long chemin serpentant vers l’inconnu, au parcours qui est le sien, vers une destination qui, nous dit-elle après la séance, reste « une illumination qui orientera désormais toute ma vie ».

L’animation du jeu des 55 icônes est accessible et relativement aisée. Je crois qu’elle est un brise-glace idéal et peut créer une grande cohésion et une grande exubérance parmi les membres d’une même communauté ou parmi les participants à un même événement. J’encourage avec le plus grand enthousiasme le développement d’un tel outil auprès de festivaliers ou de passants rassemblés en petits ou moyens groupes, spontanés ou déjà formés. Les gains sont subtils et incommensurables… du bienfait du « rire aux éclats » ponctuel en groupe improvisé, jusqu’aux prises de conscience les plus intimes et les plus porteuses.

Heureuses découvertes!

Louise Gaboriault
Avocate, médiatrice, épouse et mère, proche andante de sa maman âgée de 91 ans, atteinte d’Alzheimer.


Bonjour Michel,

Merci pour la présentation de jeudi et de la délicieuse casse-croûte après!

Je vais prendre connaissance de ces deux vidéos sur youtube (dès que j’aurai trouvé les écouteurs dans le bureau). Je pense que ce jeu de 55 icônes pourrait servir comme un outil supplémentaire pour nos préposés qui font du répit-stimulation. Bien sûr, l’objectif ne serait pas l’utiliser toutes les semaines mais de temps en temps pour creuser un peu plus profond dans les émotions ou les souvenirs. Aussi, je ne pense pas que toutes nos préposées auraient l’envie ou l’habilité de l’utiliser, mais certaines sûrement oui.

Merci encore,

Ilona Dagnaud
Coordonnatrice, service de répit et AVQ
Plumeau, chiffon & cie
www.plumeau.qc.ca


Commentaires sur Linkedin

« Je pense que votre jeu de cartes, et surtout l’idée qui le soutient, pourrait bien s’intégrer dans un projet de GC ou d’entreprise apprenante, comme outil de consolidation d’équipe. Je vois de nombreuses possibilités d’usage, par exemple : pour résoudre un problème en équipe et clarifier la situation, on pourrait tirer une carte et tenter d’identifier des similarités entre le problème à résoudre et l’archétype représenté sur la carte. Pour l’intégration d’un nouveau membre à l’équipe, nous pourrions utiliser ces cartes pour soutenir l’échange entre les personnes… » Michel Héon, PhD

« Mon expérience avec le jeu 55 Icônes ? Un succès ! De prime abord, les images surprennent. Elles créent une atmosphère d’ouverture peut-être parce que les gens sont un peu déstabilisés. Le tout est très positif. J’ai demandé aux participantes de faire un lien entre l’image et leur personnalité et d’expliquer au groupe. Tout le monde a aimé l’expérience. » France Lefebvre, CRHA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *