La mémoire humaine déclassée au profit de la mémoire informatique ?

Images mémoire

D’entrée de jeu, il faut dire que je participe allégrement à l’évolution des TI en faisant de la recherche sur la création d’objets d’apprentissage multimédia à caractère mnémotechnique. Ma recherche consiste (entre autres) à trouver un format d’apprentissage en ligne qui tiendrait compte de nos facultés physiologiques de mémorisation. Toutes les 3 secondes*, nos yeux créent un «enregistrement» du champ visuel, et cette sorte d’arrêt sur image mentale différencie le champ visuel général (l’environnement) et les composantes de ce champ (les parties déjà préenregistrées) pour permettre de mieux mémoriser, à court terme, la réalité perçue. Notre cerveau fait régulièrement cette sorte de «topologie préventive» de nos perceptions visuelles pour ensuite isoler et replacer, dans d’autres contextes, les «objets virtuels» dont notre imagination et nos comportements psychologiques ont besoin. Cette faculté sert également à décider, évaluer et sélectionner les composantes pré-enregistrées par nos sens pour transformer notre psyché en une fabuleuse machine à penser. Continuer la lecture de « La mémoire humaine déclassée au profit de la mémoire informatique ? »

Test objectif sur l’état de santé mentale et physique


Statistique Canada

http://www.statcan.gc.ca/pub/82-619-m/2012004/note-fra.htm#t1

Système de classification et mesure de la santé fonctionnelle (CLAMES)

Douleur ou malaise Continuer la lecture de « Test objectif sur l’état de santé mentale et physique »

La mémoire en psychologie cognitive

 Référence :   WIKIPÉDIA

 Le courant cognitiviste classique regroupe habituellement sous le terme de mémoire les processus d’encodage, de stockage et de récupération des représentations mentales. Beaucoup de recherches sur la mémoire en psychologie cognitive consistent à repérer et à décrire ses différents composants. Pour ce faire, les psychologues se basent sur des résultats expérimentaux et sur les symptômes manifestés par des patients cérébrolésés. Continuer la lecture de « La mémoire en psychologie cognitive »

Redémarrage psychologique

D0018592

Quand votre ordinateur est surchargé et que certaines applications ne fonctionnent plus, quand vous réussissez à vous débarrasser d’un virus mais que certains de vos dossiers ont été affectés,  alors vous redémarrez votre machine pour qu’elle revienne à la case départ ou, si vous voulez, pour que vos applications reviennent à une version non contaminée. L’être humain possède-t-il une fonction semblable, face à des dommages psychologiques, grâce à laquelle son cerveau pourrait revenir rapidement à une version «non encore endommagée» ?

Ce bouton «redémarrer» prend plusieurs formes dans notre vie, et ce, dès notre plus tendre enfance. Le bébé naissant a besoin de se nourrir et le sein maternel devient son seul et unique objectif à un point tel que la fameuse tétine en caoutchouc lui permet de revenir à cet état psychologique de fusion avec la mère. L’utilisation de ce sein de remplacement peut facilement être vue comme le retour à un état d’être sécurisant. Le bébé n’a pas d’autre repère que celui de se reconnecter physiquement à sa mère. Continuer la lecture de « Redémarrage psychologique »

Le tsunami invisible : le WIFI

Le tsunami invisible

La vague de la mobilité nous amène le tsunami du WIFI à la fois invisible, imperceptible et sournoisement dangereux.

Ce que nous appelons le Wifi, c’est aussi simple que la possibilité de se «connecter» au réseau Internet sans fil dans le simple fait d’être dans un environnement immersif propice à la réception des radiofréquences. Le réseau met à contribution des antennes relais et des satellites qui émettent des signaux créant, conséquemment, un environnement magnétique d’une ampleur inimaginable.

Les téléphones cellulaires carburent aux micro-ondes, celles-là mêmes qui servent à faire cuire vos aliments dans ce fameux four à micro-ondes logé dans votre cuisine. Continuer la lecture de « Le tsunami invisible : le WIFI »

Projection dans l’avenir : imaginer le futur en utilisant le passé

Projection

Quand on veut comprendre les fonctions de la mémoire humaine, il semble qu’on touche une très grande complexité. Et pour s’y attarder, nous devons régulièrement situer où débute et où finit cette complexité dans une valeur temporelle ramenée à notre échelle de pensée.

Les cerveaux des humains sont tous construits sur le même modèle. Ceux-ci possèdent tous les mêmes zones inexplorées quant à cette faculté extraordinaire de «voir l’avenir» ou de projeter, dans un futur rapproché, des événements qui ne sont pas encore arrivés. Faire des projections dans un temps qui n’existe pas encore à travers des projets qui n’ont jamais été mis en œuvre nécessite une confiance en soi et une grande capacité d’imaginer ce que pourrait être cette réalité liée au futur. Continuer la lecture de « Projection dans l’avenir : imaginer le futur en utilisant le passé »

Apprendre par cœur ou par ordinateur ?

Par coeur

La question d’éliminer ou non le par cœur dans l’enseignement est tendancieuse parce que, pour apprendre, il faut nécessairement se rappeler une série d’informations. L’être humain  apprend toujours en enregistrant plusieurs fois une information de façon à la comparer et à la classer, pour éventuellement la réactualiser et la transmettre à d’autres êtres humains. C’est un processus qui demande de connaître et de reconnaître, ce qui se rapproche énormément d’une pratique de «par cœur».

Apprendre est un exercice de concentration et de construction mentale où notre curiosité intellectuelle et notre motivation nous poussent à acquérir des connaissances. Cet exercice active plusieurs parties de notre cerveau et nous met en mode réceptivité. Apprendre, c’est d’abord et avant tout augmenter sa faculté de rétention de l’information à des fins personnelles. Continuer la lecture de « Apprendre par cœur ou par ordinateur ? »

La mémoire collective est-elle une pure fiction ?

Images mémoire

La mémoire humaine, vu sa très grande complexité, a été segmentée en plusieurs mémoires afin de mieux comprendre ses multiples fonctionnalités. En premier lieu, il y a la mémoire à long terme (arbitrairement opposée à la mémoire à court terme) qui constitue des souvenirs dépassant une valeur de durée prédéfinie via des actions journalières effectuées, souvent, il y a  quelques heures. Même si la mémoire à court terme est totalement en vase communiquant avec une pléiade de souvenirs situés dans un passé relativement éloigné, on préfère se visualiser une mémoire dans une temporalité duel : c’est-à-dire du court et du long terme. Continuer la lecture de « La mémoire collective est-elle une pure fiction ? »

Trop d’images, c’est comme pas assez !

flags globe

Nous avons tous des ordinateurs super-puissants ayant une capacité d’enregistrement de plus en plus grande. Nous pouvons facilement emmagasiner de l’information grâce à des disques durs amovibles devenant de facto des archives ou même des espaces complémentaires à nos projets multimédia. Il y a également les DVD, les CD, les bandes mini DV les albums de photos, les vidéos, sans oublier les banques d’informations sur le Web qui servent à donner encore plus de possibilités pour trouver «the» image pour tous nos travaux, dossiers de présentation, porte-folio, comme nos messages courriel et j’en passe. Continuer la lecture de « Trop d’images, c’est comme pas assez ! »