La fragilité psychologique et le jeu 55 ICÔNES

photo_articleUn psychologue, chercheur à l’université, me disait qu’il ne voulait pas utiliser le jeu 55 icônes parce qu’il était certain que ce jeu allait augmenter la fragilité psychologique de ceux et celles qui l’utiliseraient. Mais qu’entend-on vraiment par fragilité psychologique ? Comment un jeu d’images projectives comme 55 icônes, dont le but est de valoriser l’imagination de son utilisateur, pourrait le fragiliser psychologiquement ?

D’entrée de jeu, la fragilité psychologique ne semble pas être une notion scientifiquement bien définie. Les spécialistes en santé parlent de fragilité psychique reliée à différentes sortes de trouble (troubles anxieux, troubles dépressifs, troubles bipolaires, troubles addictifs, etc). La personne qui vit une épreuve difficile au niveau personnel, comme après un accident grave, une peine d’amour ou un échec professionnel, pourrait accentuer son trouble et se mettre dans un état de fragilité extrême. Cette fragilité qu’elle soit d’ordre psychique (perte de sens) ou psychologique (comportementale et relationnelle) déstabilise à bien des niveaux et donne l’impression à la personne d’être incomprise par son entourage au moment où elle en a le plus besoin. Glissant tranquillement vers un mal-être, cette même personne se sent souvent démunie et dépassée par une situation qui l’oblige à redéfinir ses repères.  Il y a ceux et celles, par exemple, qui sombrent dans un isolement intérieur au point de voir leur estime de soi tomber à plat sans pouvoir y remédier, ceux qui résistent et se révoltent en étant violents pour signaler à qui voudraient l’entendre leur désarroi et ceux qui «gèlent» sur place et s’agrippent à une petite bouée que l’on appelle péjorativement routine ou « rituels » sécurisants. Il y a autant de sortes de fragilité humaine qu’il y a de personnes affligées et leur origine est multifactorielle, donc inévitablement très complexe et difficile à fixer dans des catégories. Ajoutez à cela les codes de vie, les croyances et les traits culturels et l’origine de la fragilité est encore plus difficile à cerner.

Indépendamment de la gravité du malaise vécu, on peut toujours essayer de reconnaître comment cette fragilité est imaginée et perçue par les personnes concernées. La grille d’analyse objective d’un test psychométrique, par exemple, a tendance à « mettre en boîte » l’imagination alors que la subjectivité et le monde imaginaire sont souvent au centre du trouble et influencent la capacité de la personne à trouver des solutions à une problématique à plusieurs niveaux. Il est possible d’aborder la fragilité psychique et psychologique d’une façon logique et rationnelle, mais il faut également tenir compte de l’interprétation de son malaise par celui ou celle qui le vit.

Le jeu 55 icônes donne la possibilité de représenter, d’une façon symbolique, les états d’être complexes qui nous accablent et d’aller dans notre monde imaginaire pour trouver un nouvel angle de vue. L’objectif du jeu est de jouer avec son imagination et non de jouer avec la « maladie ». En regardant une image abstraite qu’elle a choisie, la personne raconte une petite histoire en répondant à la question Que voyez-vous dans cette image ? Par la suite, selon l’histoire racontée et surtout si elle le désire, elle répondra aux questions des autres participants ou de l’animateur sur son histoire (Pourquoi le dragon est-il bleu ? Pourquoi ne voit-on que le cou du cheval dans l’image ? Etc.). Le participant ne doit pas chercher une bonne réponse mais seulement à dire ce que l’image lui inspire. C’est grâce à son interprétation de l’image choisie que la réflexion, la discussion ou l’introspection s’amorcent. Le participant peut à tout moment arrêter son histoire, cesser de parler ou réinterpréter l’image sous un autre angle s’il en a envie. Celui ou celle qui l’accompagne ne doit jamais juger l’histoire ou la comparer avec son propre vécu. Chaque histoire est unique et fait office de courroie de transmission entre la structure psychique du participant et sa réalité. Il est possible d’échanger sur le contenu de l’histoire, mais seulement après que la personne a expliqué ce qu’elle comprend elle-même de son histoire, à quoi elle peut bien correspondre dans sa vie passée, présente ou future. L’exercice a toujours pour but de laisser la personne exprimer le plus possible comment elle voit son image pour parler de son monde intérieur. Loin de la fragiliser, d’après mon expérience, plus souvent qu’autrement la personne prend plaisir à exprimer ses préoccupations en utilisant des images mentales. Par exemple, je vois un loup dans la forêt, il est dans son coin, il a faim. Il ne rencontre pas d’autres loups, il est triste, etc. ou encore la personne commence une histoire rocambolesque et la finit par « Et tout le monde meurt ». Très souvent, c’est le début de la conversation avec l’accompagnateur ou les autres participants, qui pourront lui demander pourquoi le loup est-il seul  ou pourquoi tout le monde meurt dans l’histoire alors que rien ne le présageait. L’ensemble des interactions visent toujours à aider la personne à mieux se connaître ou à mieux communiquer.

Le jeu 55 icônes est un jeu qui se joue préférablement en groupe (idéalement 8 à 15 personnes) mais aussi individuellement. La dynamique qui se forge au gré des histoires racontées est toujours surprenante. Tous les participants sont à l’écoute les uns des autres et sont intéressés de savoir ce que la personne va raconter à partir de l’image qu’elle a choisie. Personne ne se soucie de la fragilité de l’autre, puisque la participation est volontaire et qu’il n’y a pas à évaluer ou à interpréter l’histoire racontée mais seulement à la valoriser comme une façon différente de communiquer. Le jeu 55 icônes n’est pas un test, car il n’a pas l’objectif de mesurer l’état psychologique mais seulement de le traduire en images pour y avoir accès. Il est fascinant de voir que ceux et celles qui décident de parler de leur parcours difficile, de leurs erreurs de jugement ou de leur malaise se font épauler tout naturellement par les autres au moyen de réflexions et de questions qui les aident à comprendre ce qu’elle raconte. Jamais, dans aucune rencontre, il n’y a eu de l’indifférence, de la moquerie ou des confrontations de personnalité. Les images du jeu offrent une très grande marge d’interprétation, ce qui laisse le loisir aux participants de s’exprimer de la façon qu’ils le désirent. L’histoire racontée peut être drôle, bizarre, passionnante, fantasmagorique, poétique ou révélatrice d’une préoccupation, qu’importe, tout est bon et chacun apprécie comment les autres réussissent à « faire une histoire » en utilisant si peu d’information imagée (deux couleurs et une forme archétypale).

Dans un exercice minuté (en entreprise ou en pratique privée), il est préférable de définir un thème dès les premières minutes de jeu (travail, famille, relation, principes de vie, objectifs d’avenir, etc.) Il y a autant de thèmes que de situations à mettre en images et cela permet souvent de diriger les histoires racontées vers un objectif concerté. Mais, même sans thème au préalable, le jeu fonctionne bien car l’histoire racontée du participant suggère toujours un sujet à la base, et ce, autant à l’intérieur d’une animation de groupe qu’en rencontre individuelle avec un coach, un psychologue ou un responsable des ressources humaines.

La recherche d’un équilibre psychique et psychologique commence souvent par un exercice de  connaissance de soi. La fragilité psychologique de celui ou celle qui désire mieux se connaître ne relève pas uniquement du cadre médical ou diagnostique d’un spécialiste en santé. La fragilité dont on parle appartient à la personne qui la vit et ce n’est pas le fait d’en parler en utilisant son imagination qui va l’augmenter. Faciliter le partage de ses images mentales aide assurément à construire son équilibre à bien des niveaux. Tout simplement, le jeu 55 icônes vise à faire découvrir comment notre imagination peut réorganiser notre psyché et faciliter la communication dans le simple fait de s’exprimer grâce à un langage imagé à caractère abstrait capable de symboliser la complexité qui nous habite.

Michel Delage

pdficon_largeTéléchargez l’article en format PDF

À lire :

Soutien psychologique chez des personnes en fragilité sociale dans le cadre d’un examen périodique de santé
http://www.cairn.info/revue-sante-publique-2009-6-page-619.htm

Fragilité psychologique et psychologie du fragile.
http://www.bdsp.ehesp.fr/Base/440743/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *